En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. FERMER x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Moteur Boat

Le Leader de la presse bateau à moteur

La plaisance de A à Z

L'abécédaire de l'acheteur

Abecedaire

Vous êtes prêt à sauter le pas et accomplir votre vieux rêve ? Acheter un bateau – neuf ou d'occasion – est une démarche synonyme de plaisir, à condition de suivre certaines règles élémentaires de prudence. Un peu comme prendre la mer... Pour vous aider dans vos choix, notre petit abécédaire vous donne de précieuses indications pour tenir le bon cap.

A - Assurance

Assurer son bateau n'est pas obligatoire. Il s'agit plus d'une question de bon sens. On n'est jamais à l'abri d'un accident, d'un vol ou d'une mauvaise manœuvre. Sans compter les dégâts que l'on peut occasionner aux personnes ou aux autres bateaux. Pour un tarif raisonnable, vous pouvez vous éviter bien des désagréments financiers ou matériels. Ainsi, pour un Cap Camarat 6.5 WA Série 2 neufune unité de 6,30 mètres de long avec un hors-bord de 150 chevaux – la prime annuelle est de 456,50 € chez April Marine, et la franchise de 500 €. Sachez qu'à l'occasion de ses essais, Moteur Boat indique (presque) toujours le tarif de l'assurance. Pratique.

B - Bateau

Lors de votre démarche d'achat, c'est la question à se poser. Un bateau, oui, mais pour quoi faire ? Le choix de l'unité va dépendre du programme de navigation que vous souhaitez réaliser le plus couramment. Vous n'avez pas de place de port attitrée ou vous aimez naviguer dans des bassins différents ? Privilégiez une unité transportable. Vous aimez la balade en famille autant que les loisirs nautiques ? Optez alors pour un semi-rigide ou pour une coque ouverte. Vous souhaitez profiter de la joie d'être à bord quelques jours ? Il vous faudra alors une ou deux cabines ainsi qu'une cuisine et une salle d'eau pour vivre confortablement de vos croisières...


COMPILATION ESSAIS MOTEUR BOAT 2013 par moteur-boat

C - Crédit

Si vous ne pouvez ou ne voulez pas acheter votre bateau comptant, vous pouvez avoir recours à un crédit classique, type prêt personnel ou affecté (comme ce qui se pratique dans l'automobile), avec un taux en vigueur négocié selon votre dossier et votre solidité financière. C'est une solution conseillée pour les « petits » budgets ou les occasions. Pour les bateaux plus grands, autorisés à naviguer en catégorie hauturière, la Location avec option d'achat (LOA) est largement privilégiée. Ce leasing, ou crédit-bail, est un contrat passé entre l'utilisateur-locataire du bateau et un organisme financier. L'apport initial est important, entre 20 et 50 % du montant total, et le locataire s'engage sur une durée de mensualité. L'intérêt est qu'il bénéficie d'une réduction de TVA à 9,8 % sur les loyers. Et que, n'étant pas propriétaire du bateau, celui-ci n'entre pas dans le calcul de son patrimoine.  Au terme du contrat, il peut en devenir propriétaire, en ayant fait une économie d'environ 5 % sur le prix comptant du bateau. Important : vérifier la solidité financière de l'organisme avec lequel vous contractez votre LOA.

D - Droits de francisation

Le droit de francisation est une taxe annuelle qui touche toutes les unités naviguant sous pavillon français de plus de 7 mètres ou qui ont un moteur dont la puissance administrative est supérieure à 22 CV (soit environ 180 ch pour les in-bord et 220 ch pour les hors- bord). De nombreuses unités de moins de 7 mètres avec hors-bord sont ainsi dispensées de cette taxe. Depuis 2013, elle s'applique également aux véhicules nautiques à moteur dont la puissance est supérieure ou égale à 90 kW. La francisation se compose d'un droit annuel calculé sur la longueur de la coque (77 € de 7 à 8m, 105 € de 8 à 9 m.... et 886 € de 15 m et plus) et d'un second droit calculé selon la puissance fiscale (CV) du ou des moteurs du bateau. Tout plaisancier redevable de cette taxe doit s'en acquitter avant le 1er avril de chaque année. Un abattement pour vétusté est appliqué. Celui-ci va croissant selon l'âge du bateau : 33% de 10 à 20 ans, 55% de 20 à 25 ans et 80% pour les bateaux de plus de 25 ans.

E - Entretien

Pour que votre bateau vous serve fidèlement, longtemps et sûrement, il faut en prendre soin. Tout bon entretien passe par un hivernage sérieusement effectué après chaque saison. Il concerne la coque, le moteur et la remorque. Si vous pouvezou pensezeffectuer vous-même une partie de l'hivernage, c'est bien. Mais cela ne dispense pas d'un contrôle poussé dans un chantier naval spécialisé et bien équipé qui saura – en tant que professionneleffectuer  des opérations poussées. Et cela sans rien oublier ! Rien de pire que quelqu'un qui croit savoir et qui ne fait que la moitié des choses, ou qui les fait mal... Il en va de votre propre sécurité. Côté tarif, comptez environ 500 € pour un hivernage complet avec carénage d'une unité de 5,50 mètres avec 90 chevaux. En complément, tout bon hivernage sera suivi d'un déshivernage avant toute remise à l'eau.

F - Frais

Comme indiqué dans la rubrique Crédit, la démarche d'achat d'un bateau n'est pas anodine, loin de . Vous avez bouclé votre plan de financement ? Très bien. Sachez qu'il faudra ensuite débourser chaque année des frais de place de port ou de grutage, d'assurance, d'entretien régulier ou irrégulier, de réparations, de mise aux normes obligatoires et les menus gadgets qu'il vous semblera indispensable d'avoir à bord. Sans compter les frais liés à chaque sortie en mer : carburant, bien sûr, avitaillement, escales... Pour donner une idée, il convient d'estimer à environ 10 % de son prix neuf ce que coûtera annuellement votre bateau.



G - Garantie

Pour le neuf, l'obligation légale est une garantie de deux ans sur l'ensemble du bateau. Certains constructeurs apportent des extensions de garanties (jusqu'à cinq ans) sur 
les risques d'osmose de la coque. Pour les moteurs, les garanties sont de manière générale de deux ou trois ans, en fonction de l'offre de chaque motoriste. Dans tous 
les cas, l'application de ces garanties est subordonnée à un entretien régulier du bateau et du moteur, et à des visites et révisions périodiques chez un professionnel. En ce qui concerne l'occasion, les garanties sont différentes s'il s'agit d'une transaction avec un particulier ou avec un professionnel. Dans ce dernier cas, les garanties dépendent de l'état du bateau, du matériel et du niveau de la transaction. Généralement fixées entre trois et six mois, elles peuvent aller jusqu'à deux ans.

H - Hélice

Un bateau à moteur ne possède pas de boîte de vitesses. C'est l'hélice qui sert à transmettre la puissance du moteur à une vitesse donnée, calculée en fonction du poids du bateau, de sa longueur et de sa forme. Son diamètre, son pas, son nombre de pales et sa composition varient selon le programme spécifique du bateau. C'est de ces éléments que dépendra le choix d'une hélice adaptée. Ainsi, pour une unité dédiée à la vitesse, il faudra privilégier les hélices à pas long, tandis que pour un bateau nerveux 
– pour le ski, par exemple – le pas court sera plus adapté. Les hélices dédiées à la plaisance sont la plupart du temps à 3 ou 4 pales. Elles seront en aluminium ou en inox pour les petites puissances, en inox au-delà de 115 chevaux, et en bronze pour les moteurs de trawlers qui nécessitent de fortes poussées.

I - Immatriculation

La législation est claire : tout navire de plaisance français naviguant en mer, à l'exception des engins de plage, doit être immatriculé dans le service Accueil des plaisanciers au sein des délégations à la Mer et au Littoral (anciennes directions des Affaires maritimes) qui lui délivrera un titre de navigation et lui attribuera un numéro d'immatriculation. La formalité d'immatriculation peut être accomplie par correspondance ou sur place. Elle diffère selon que la longueur de coque du navire est ou non supérieure à 7 mètres. Elle est gratuite. Renseignements complets sur le site : www.developpement-durable.gouv.fr


J - Joystick

Le joystick de manœuvre est une petite manette magique qui simplifie de façon exceptionnelle toutes les manœuvres portuaires. Il a fait son apparition sur les transmissions par pods développées par Volvo (IPS) et Cummins (Zeus), puis a ensuite été proposé avec Mercury Axius sur les embases Z-drive. L'objectif avoué des motoristes est de permettre toutes sortes de déplacements (en crabe et diagonale) jusqu'ici impossibles avec les modes traditionnels de propulsion. Désormais, le maniement d'un bateau (quelle que soit sa taille) est un jeu d'enfant à la portée de tous. Le joystick s'est dernièrement mis au hors-bord, avec l'Optimus 360 conçu par Teleflex Marine : un système qui s'adresse aux bimotorisations à inverseur et accélérateurs mécaniques et qui a été "emprunté" par BRP Evinrude et Suzuki. Depuis 2013, Mercury et Yamaha commercialisent leur propre joystick de manœuvre dédié aux hors-bord.


JOYSTICK POUR HORS-BORD. MERCURY VS YAMAHA par moteur-boat

K - Kilogrammes

La limite : 750 kg ! C'est le poids maximum autorisé pour votre remorque si vous voulez l'utiliser avec votre permis B et ainsi éviter d'avoir à passer le permis remorque E(B). Obligatoire pour tracter une remorque d'un PTAC de plus 750 kg, le permis E(B) est complexe à passer. Il se compose d'épreuves pratiques, hors circulation et sur route, auxquelles s'ajoutent un examen de vingt-deux points de contrôle sur la remorque et une épreuve orale sur un sujet tiré au sort. Enfin, sachez qu'un bateau ne doit pas dépasser 2,55 mètres de large pour être transportable sur remorque (gabarit routier).

L - Limitation de vitesse

La vitesse est limitée à 5 nœuds dans la zone des 300 mètres, balisée par des bouées sphériques jaunes appartenant à la famille des marques spéciales. Dans les chenaux d'accès, les ports ou certaines zones spécifiques, la limitation de vitesse à respecter est généralement signalée (3 ou 5 nœuds dans les ports, 3 nœuds dans les bassins, 2 nœuds entre les pontons...).

M - Météo

Avant de sortir en mer, vérifiez toujours les prévisions météo. Simple question de bon sens, si ce n'est de survie. Les vents et les conditions de navigation peuvent évoluer rapidement. Un coup d'œil à la capitainerie ou un contrôle sur les sites internet est incontournable. Vous pouvez également consulter les prévisions marines de Météo France sur le site ou en appelant le 32 50.

N - Noeud

Dans le nautisme, le mot nœud est un terme essentiel, qui englobe à la fois les opérations de matelotage qui vont permettre de vous amarrer solidement (nœud plat, nœud de chaise, nœud en huit, nœud de cabestan...) que l'élément de mesure de la vitesse en mer, équivalant à un mille à l'heure. Un mille nautique = 1,852 kilomètre. Un kilomètre = 0,54 mille.


LE NOEUD D'AMARRAGE RODÉO par moteur-boat

O - Options

Les bateaux sont proposés avec un prix de base, qui comprend la liste exhaustive des prestations livrées en standard. Cette composition basique est très variable, et dépend de l'engouement pour un bateau, de l'attrait de la nouveauté ou des offres promotionnelles (souvent proposées dans les salons nautiques). Au-delà, les options sont laissées au choix du client, et dépendent de ses  désirs spécifiques : selleries en cuir, chauffage, motorisation plus puissante, transport, etc. Sachez que l'électronique est souvent une option à compléter. Il faut généralement compter un supplément compris entre
 5 et 10 % du prix standard pour acquérir un bateau équipé comme on le souhaite.

P - Permis

Le permis est obligatoire pour piloter un bateau de plaisance à moteur lorsque la puissance de l'appareil propulsif est supérieure à 4,5 kilowatts, soit 6 chevaux. Il existe quatre options de permis de plaisance :


  • Deux options en eaux maritimes :
 Le permis mer option « côtière » permet de naviguer de jour comme de nuit jusqu'à 6 milles d'un abri, sans limitation de puissance et de jauge. Le programme consiste en une épreuve théorique et la validation d'une formation pratique par un établissement agréé. Pour l'obtention d'un permis plaisance côtier, il faut compter de 350 à 400 € (selon l'établissement choisi). L'extension « hauturière » s'adresse aux navigations de jour comme de nuit sans limitation de distance, de puissance et de jauge. Le programme consiste en une épreuve théorique identique à l'option côtière, une épreuve théorique spécifique et la validation d'une formation pratique par un établissement agréé.
Les détenteurs de l'ancien permis A, du permis mer côtier ou de l'option côtière peuvent obtenir une extension hauturière en validant l'épreuve théorique spécifique. Conduire des bateaux de plaisance à voile, même équipés d'un moteur auxiliaire, ne rend pas obligatoire la possession d'un permis.
  • Deux options en eaux intérieures : L'option « eaux intérieures » pour piloter une unité de plaisance d'une longueur inférieure à 20 mètres ; et l'extension « grande plaisance eaux intérieures » pour piloter une unité
 de plaisance d'une longueur supérieure ou égale à 20 mètres. Sur les rivières et les canaux, la conduite de voiliers de plaisance équipés d'un moteur supérieur à 6 chevaux rend obligatoire la possession du permis en eaux intérieures correspondant à la taille du bateau.


Q - Quatre temps

Sur les moteurs hors-bord, la technologie quatre temps domine le marché avec près de 80% des ventes. L'industrie l'a imposé il y a quelques années pour faire face aux normes environnementales plus strictes. Si Yamaha, Suzuki et Honda ont fait le choix d'une technologie entièrement quatre temps, Mercury a de son côté gardé une gamme de hors-bord en deux temps avec ses moteurs OptiMax. Quant à Evinrude, il a fait le pari du 100 % deux temps injection. Par rapport au deux temps, le quatre temps offre les avantages d'être plus silencieux au ralenti, et d'émettre souvent moins de fumée. En revanche, sa conception plus complexe se ressent sur la facture d'entretien.



R - Rendement

Pour calculer le rendement en mille parcouru par litre consommé (mille/l), il faut diviser la vitesse du bateau en nœud par la consommation en litre. Ainsi, un bateau qui navigue à 24 nœuds et consomme 25 l/h obtient un rendement de 0,96 litre par mille parcouru. En réalisant des relevés à différents régimes, vous pourrez ainsi établir une courbe de rendement dont le sommet indiquera la vitesse de croisière optimale.

S - Sécurité

La législation rend obligatoire la possession à bord du matériel de sécurité qui correspond à la catégorie de navigation de votre bateau. Plus celui-ci navigue loin des côtes, plus le matériel de sécurité est important. Il est impératif de vérifier la présence à bord du matériel d'armement et de sécurité mentionné sur la liste exhaustive divisée en trois catégories, selon le critère de l'éloignement par rapport à un abri : matériel basique (jusqu'à 2 milles), côtier (de 2 à 6 milles) et hauturier (au-delà de 6 milles). Au-delà de ces dispositions légales et obligatoires, quelques réflexes de bon sens participent activement à votre sécurité et à celle de votre équipage : vérifier la météo avant de sortir, prévenir un tiers, porter des gilets de sauvetage, respecter les limitations de vitesse et le balisage... et naviguer sur un bateau bien entretenu.

T - Transmissions

À côté des hors-bord, les principaux systèmes de transmission des bateaux à moteur in-bord sont les classiques arbres d'hélice – qui équipent les grandes unités fortement motorisées – ainsi que les embases dites en Z-drive ou Sterndrive. En 2005, le motoriste suédois Volvo Penta a révolutionné l'univers des transmissions avec l'arrivée de ses IPS. Les pods sont orientés vers l'avant, et tractent le bateau à la manière d'un avion à hélice.
Plus vives, plus manœuvrables et plus économiques en carburant, mais aussi plus chères que des transmissions classiques, les IPS déclinent toute une gamme des puissances allant de 300 chevaux (IPS 400) à... 900 chevaux (IPS 1200). Le motoriste américain Cummins a rapidement suivi sur ce marché porteur en lançant sa gamme de pods Zeus. Les IPS comme les Zeus sont équipés des précieux joysticks, qui font des manœuvres un jeu d'enfant. Enfin, de manière assez marginale, il existe aussi les transmissions à turbines hydrojet (en particulier pour les jet-skis), ainsi que pour les grands yachts sportifs les transmissions avec hélices de surface qui offrent des performances exceptionnelles.

U - Utilisation

En France, les plaisanciers utilisent leur bateau entre 40 et 60 heures par an. C'est peu, n'est-ce pas ? Et encore, il s'agit d'une moyenne haute !

V - VHF

Bien qu'elle ne fasse pas partie du matériel de sécurité obligatoire, la VHF (Very High Frequency) est fortement recommandée à bord. Il s'agit d'un moyen de communication radiomaritime embarqué, qui peut être capté par tous les bateaux équipés d'un poste de réception. Il existe des VHF portables à la portée limitée à une douzaine de milles et des postes fixes allant jusqu'à 50 milles. L'utilisation d'une VHF portable est libre à bord des bateaux de plaisance sous pavillon français, dans la limite des eaux territoriales françaises (12 milles marins). Pour pouvoir dialoguer avec une VHF fixe, ou en dehors des eaux françaises, l'obtention d'un certificat de téléphonie restreinte (CRR) est obligatoire.
Les principaux canaux à connaître sont le 16 (canal international de détresse, également canal d'appel et de veille), le 9 (canal de la capitainerie), le 6, 8, 72 et 77 (canaux de communication de navire à navire).

W - WC

À bord, les WC marins sont équipés d'une pompe de vidange manuelle ou électrique. Les matières chargées dans une cuve se vidangent soit en pleine mer, soit au port. Les bateaux récents sont obligatoirement équipés d'une cuve à eaux noires pour permettre une vidange « propre », au port via un nable situé sur le pont. Sur les petites unités, les WC chimiques sont reliés à un bac où les matières sont liquéfiées par un produit et où les odeurs sont cantonnées. Une fois plein, le bac est vidangé dans des installations spécifiquement prévues à cet effet.

X - …Interdit aux moins de 16 ans

L'âge minimum requis pour l'obtention du permis de conduire des bateaux de plaisance 
à moteur est de seize ans. Toutefois, dès l'âge de quatorze ans et jusqu'à seize ans, les personnes appartenant à un organisme affilié à une fédération sportive agréée peuvent conduire de jour un bateau de plaisance de moins de 20 mètres dans le cadre des activités proposées par cet organisme, dans des conditions, notamment d'encadrement et de surveillance, fixées par un arrêté ministériel. Décret n° 2007-1167 du 2 août 2007.

Y - Yacht

Le mot anglais « yacht » est dérivé du néerlandais « jacht ». Le premier yacht connu serait un voilier hollandais offert au roi d'Angleterre Charles II (1630-1685), dont l'allure a tant séduit les aristocrates britanniques qu'ils ont pris l'habitude de naviguer sur ce type d'unités au programme non commercial ou militaire. Dans son sens moderne, on désigne comme yacht les unités de plaisance dont la longueur débute à 20 mètres, superyacht à partir de 40 mètres et mégayacht au-delà de 60 mètres. Le plus grand mégayacht privé est actuellement Azzam, long de 180 mètres.



Z - Zones de navigation

Elles correspondent aux catégories de conception et de construction CE des bateaux, classées en A, B, C, D et aux exigences de sécurité qui leur sont liées.

  • Catégorie A « haute mer » : bateau conçu pour les grands voyages au cours desquels le vent peut dépasser force 8 (34 à 40 nœuds) et les vagues 4 mètres.
  • Catégorie B « au large » : bateau conçu pour les voyages au large des côtes au cours desquels les vents peuvent aller jusqu'à force 8 incluse et les vagues atteindre une hauteur de 4 mètres.
  • Catégorie C « à proximité des côtes » : pour des navigations où les vents peuvent aller jusqu'à force 6 incluse (22 à 27 nœuds) et les vagues atteindre 2 mètres.
  • Catégorie D « eaux protégées » : pour des navigations intérieures avec des vents jusqu'à force 4 (11 à 16 nœuds) incluse et des vagues de 0,50 mètre de hauteur.
     

Le 08/12/2014 à 05h08 par Julien Bricco

Réactions

Chargement


Sur le même sujet :
Bien vendre son bateau
5 astuces pour…
Bien vendre son bateau

Quelle qu'en soit la raison, regrettable ou profitable, vous devez vous séparer de votre bateau...

5 février 2016
hivernage bateau
Tout savoir sur…
L'hivernage du bateau

Si bien hiverner son bateau est une étape essentielle dans la vie d'un plaisancier responsable,...

7 décembre 2015
hivernage hors bord
Tout savoir sur...
L'hivernage d'un hors-bord

L'hivernage est essentiel pour que votre moteur hors-bord continue à servir fidèlement durant...

2 novembre 2015
Acheter bateau occasion
En 10 questions
Acheter un bateau d'occasion

L'achat d'une occasion peut inquiéter le plaisancier, surtout si c'est la première fois. Entre...

5 octobre 2015
expertise maritime
Indispensable avant l'achat
Occasion : L'expertise bateau

L'expertise. Il n'existe pas de meilleur moyen de s'assurer du bon état (et des éventuels...

2 septembre 2015
L'abécédaire de l'acheteur

Articles les + commentés

Chargement