En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. FERMER x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Moteur Boat

Le Leader de la presse bateau à moteur

Les manoeuvres de port

L'accostage

Accostage Avant l'accostage, les pare-battages et les amarres doivent être à poste.

Cette manœuvre se présentent différemment selon l'aménagement des ports. Fréquent en Atlantique, les pontons flottants (catway) sont souvent remplacés par des amarrages sur bouée en Méditerranée.

ACCOSTAGE PARALLÈLE A UN QUAI OU A UN PONTON
La situation se présente dans les ports traditionnels non aménagés, notamment les ports d'échouage, mais aussi lorsqu'on s'amarre en bout de ponton. La manœuvre diffère en fonction de la direction et de la force du vent.

Face au vent ou au courant : la manœuvre est relativement facile puisqu'elle n'oblige pas à reculer.
La marche arrière ne servira, en principe, que pour s'arrêter. On se présente face au vent ou au courant, en longeant le quai s'il y a de la place. Sinon, on présente l'étrave au quai avec un angle de 30° environ, au milieu de l'emplacement, et l'on donne de la barre pour orienter l'arrière vers le quai. Si le vent (ou le courant) est fort, c'est lui qui se chargera de casser l'erre du bateau et de l'orienter parallèlement au quai après qu'on aura frappé l'amarre d'étrave à terre, en avant du bateau.

Cul au vent ou au courant : relativement aisée s'il y a de la place pour longer le quai, cette manœuvre peut devenir hasardeuse si l'on ne dispose que d'un emplacement restreint. Plus le vent, ou le courant, est fort, plus on risque une mise en travers (l'effet est garanti si l'on se présente par l'avant). Il est donc essentiel d'amarrer la poupe du bateau à terre le plus tôt possible. Pour cela, on se place parallèlement à l'emplacement et l'on s'y maintient au moyen du moteur embrayé en marche arrière. On oriente ensuite l'arrière vers le quai en fonction des moyens dont on dispose : orientation de l'embase, effet de couple ou maniabilité du bimoteur. Attention au « mauvais bord » d'un monomoteur à ligne d'arbre.

Vent portant au quai : il suffit de se placer parallèlement au quai au niveau de l'emplacement disponible. Tout en restant au point mort, on laisse le vent agir, mettant à profit le fardage. Peu importe que le bateau touche le quai par l'avant ou l'arrière, le reste suivra et l'on a tout son temps pour amarrer. Mais il faut être prêt à placer un pare-battage supplémentaire en cas de besoin.

Vent soufflant du quai : un accostage dans ces conditions nécessite que l'amarre d'étrave soit utilisée en garde. On se présente dans l'emplacement en orientant le bateau en oblique vers le quai. S'il n'y a personne à terre qui puisse prendre l'amarre, il faut y envoyer un équipier qui la porte à terre et la frappe sur un point du quai situé en l'arrière de l'étrave, environ à la moitié de la longueur du bateau. Si le bateau est pourvu d'un taquet central, on peut le préférer au taquet d'étrave pour y fixer l'amarre ; frappée sur le quai au niveau du taquet, cette dernière sera alors nettement plus courte. Une fois amarré au quai, le bateau – en marche avant lente et la barre tournée à l'opposé du quai – s'appuie sur la garde. Sa progression est bloquée, et le flux de l'hélice orienté vers l'extérieur rapproche peu à peu son arrière du quai où il ne reste plus qu'à l'amarrer. On l'aura compris, mieux vaut ne pas se risquer à cette manœuvre si l'on est seul à bord et qu'il n'y a personne sur le quai, surtout avec un bateau « savonnette » qui dérive sous le moindre souffle de vent.

ACCOSTAGE PERPENDICULAIRE A UN QUAI OU UN PONTON
C'est la situation la plus courante, mais pas toujours la plus facile en raison de l'encombrement des marinas. Si le vent s'en mêle, il faut vraiment anticiper sur ses effets. Dans la pratique, cette manœuvre d'accostage se réduit à un quart de tour effectué en avançant ou en reculant, selon que l'on s'amarre au ponton par l'avant ou par l'arrière. Si le vent est faible, on tiendra compte avant tout des capacités d'évolution du bateau liées à l'effet de couple, principalement dans le cas d'un monomoteur à ligne d'arbre.
Si la place manque entre les deux pannes pour effectuer une série d'inversions de marche, on sera amené à s'engager entre elles en marche arrière. On peut aussi choisir de prendre place nez au ponton.

Vent dans l'axe des pontons : le risque majeur est la mise en travers, on privilégiera donc la manœuvrabilité. On se placera l'arrière au vent pour s'engager dans l'axe des pontons et l'on prendra sa place en effectuant un quart de tour en marche arrière si le bateau manœuvre bien. Sinon, on s'engagera dans la place en marche avant ou bien on s'aidera d'une aussière.

Vent perpendiculaire aux pontons : si le vent vient du ponton, il sera assez facile de gagner l'emplacement en marche arrière puisque le bateau a naturellement tendance à se placer l'arrière au vent et à reculer droit. Si le vent pousse vers le ponton, il serait plus facile de gagner l'emplacement par l'avant après avoir orienté l'arrière au vent, en corrigeant si besoin l'orientation de la poupe grâce à la marche arrière. Avec du vent fort, la marche arrière face au vent avec un monomoteur peut conduire à une mise en travers.
 

Le 14/09/2010 à 14h38

Réactions

Chargement


Sur le même sujet :
Bien vendre son bateau
5 astuces pour…
Bien vendre son bateau

Quelle qu'en soit la raison, regrettable ou profitable, vous devez vous séparer de votre bateau...

5 février 2016
hivernage bateau
Tout savoir sur…
L'hivernage du bateau

Si bien hiverner son bateau est une étape essentielle dans la vie d'un plaisancier responsable,...

7 décembre 2015
hivernage hors bord
Tout savoir sur...
L'hivernage d'un hors-bord

L'hivernage est essentiel pour que votre moteur hors-bord continue à servir fidèlement durant...

2 novembre 2015
Acheter bateau occasion
En 10 questions
Acheter un bateau d'occasion

L'achat d'une occasion peut inquiéter le plaisancier, surtout si c'est la première fois. Entre...

5 octobre 2015
expertise maritime
Indispensable avant l'achat
Occasion : L'expertise bateau

L'expertise. Il n'existe pas de meilleur moyen de s'assurer du bon état (et des éventuels...

2 septembre 2015
L'accostage

Articles les + commentés

Chargement