En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. FERMER x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Moteur Boat

Le Leader de la presse bateau à moteur

Les « fausses » 24 heures

12 Heures motonautiques de Rouen

12 Heures motonautiques Rouen bateau moteur 12 Heures motonautiques de Rouen 2011 © Benoit Thouary

Motonautisme. Pendant deux jours, les amateurs d'endurance ont assisté sur les bords de Seine à une course tronquée et sans intérêt sportif.

On savait d'avance les 24 Heures  motonautiques tronquées. A ce point personne ne pouvait l'imaginer. D'eux-mêmes les pilotes le reconnaissent, ils ont proposé, bien malgré eux, samedi, un spectacle pitoyable de catamarans contraints à faire des ronds dans l'eau entre le pont Mathilde et le viaduc d'Auplet durant près de trois heures.

En cause, les multiples passages de péniches, barges et autres pousseurs, (en tout pas moins d'une douzaine), montant et redescendant la Seine. Faute de convoyage assuré par la brigade fluviale un an après le décès d'un gendarme sur l'épreuve, l'organisation ne dispose alors que d'une solution : la neutralisation sous drapeau rouge.
Sur les quais et les ponts la tension monte,  les insultes fusent. Pire un batelier finira par menacer de déposer plainte pour jets de projectiles sur une embarcation.

Pendant ce temps-là, la course n'avance pas. Au point que team managers et pilotes des différentes écuries se posent la question de l'intérêt de poursuivre la course. A 20h, après moins de 2h30 effectives de course, le team Drakkar (n°2) inshore du Rouennais Philippe Chiappe mène avec seulement deux tours d'avance sur le Team Performance (n°1).

La manche de dimanche ne pouvait donc que prendre l'allure d'un sprint. « Notre classe 3 est typiquement configuré vitesse », confirme Philippe Dessertene, le team manager de Drakkar. « Le fait de n'avoir quasiment pas couru hier nous donne plus de possibilités d'attaquer sans risquer de casser le moteur. Cela va aller très vite. » L'ancien pilote de F1 ne pense pas si bien dire. A un peu plus d'une heure du drapeau à damiers, son bateau se retrouve au coude à coude avec le classe 3 du Tech Motor Racing (n°16) accusant encore à 10 heures 7 tours de retard.

Sous le soleil et les quais cette fois bondés on se réjouit. Le spectacle promis est bel et bien lancé. Pour autant, cette édition n'est plus à un rebondissement près. A 15 heures est réactivée une pénalité de dix tours visant Drakkar pour ravitaillement sous procédure de drapeau rouge infligée puis annulée la veille.

Si cela fait évidemment ses affaires, David Moore, le team manager du Tech Motor Racing Matmut ne veut pas que la victoire de son équipage soit entachée. Marc Roig, Jean-Vital Deguisne et Cédric Deguisne cravachaient déjà depuis le matin, ils ne cesseront jusqu'à pousser le moteur Mercury à 219km/h. « Dès ce matin nous n'avions pas le choix pour rattraper le retard accusé samedi après midi après avoir cassé une hélice. Il est sûr qu'après le maintien de la pénalité à une heure de l'arrivée, il était hors de question de lever le pied et d'assurer. Nous l'avons emporté avec plus de dix tours d'avance (13 précisément), au moins notre succès ne laisse pas de place au doute. »
C'en est donc fini des frustrations pour l'équipage formé il y a trois ans. Cette victoire vient effacer la seconde place de l'édition précédente passée naturellement inaperçue, la troisième de 2009 arrachée à l'agonie alors que le bateau menait encore à 15h15 ainsi que l'abandon de 2008.

Les classements

Classe 3
1. Tech Motor Racing Matmut (n°16) en 294 tours, 2. Team Vauban Humanis, 3. Force Inshore, 4.Drakkar Inshore, 5.Star Boat Normandy, 6. Team Performance, 7.Team VSI Racing, 8. CMN.

Classe 2
1. Team Dailly Inshore (n°36) en 248 tours, 2. Asso Navi Kart, 3. Team Dailly Inshore, 4. Team Privilège, 5. Team Neptune Inshore, 6. Team Touax Performance.

Classe 1
1. Team Privilège (n°65), 2. Team Vallée de Seine, 3. Défi 24 heures Esigelec, 4. Sun Racing Team, 5. Team Drive, 6. Team Magaur.

Article paru dans Paris-Normandie, le 1er mai 2011

Le 02/05/2011 à 10h28

Sur le même sujet :
bateau johnny enchères
La Teste-de-Buch (33)
Le bateau de Johnny vendu aux enchères

Un canot à moteur de luxe ayant appartenu à Johnny Hallyday, lorsqu'il fréquentait le Bassin...

3 août 2015
Fontaineo
Ça pétille à la capitainerie
Fontaineo à Beaulieu-sur-Mer

Depuis le 2 juillet, Fontaineo, partenaire officiel de la Fédération Française des Ports de...

7 juillet 2015
Centre formation Mercury six fours
Six-Fours-les-Plages
Un troisième Centre de formation Mercury

Et de trois ! Un nouveau centre de formation Mercury a récemment été inauguré dans le Var, à...

6 juillet 2015
Des horodateurs Cap Ferret
Ports de Lège-Cap-Ferret
Des horodateurs qui font des vagues

Les plaisanciers ont appris que la municipalité de Lège-Cap-Ferret prévoyait d'installer des...

10 juin 2015
L’Orient Nautic à Lorient
Salon du nautisme en Bretagne sud
L'Orient Nautic à Lorient

L'Orient Nautic, le Salon du Nautisme en Bretagne Sud, se tiendra du 10 au 12 avril prochain à...

7 avril 2015
12 Heures motonautiques de Rouen

Articles les + commentés

Chargement